Detail

Strategies de prévention : Bilan à mi-parcours

La santé mentale est prise en compte

 

En Suisse, les maladies non transmissibles telles que le diabète, le cancer ou les addictions causent de grandes souffrances et des coûts élevés. Davantage de personnes devraient rester en bonne santé. Et davantage de personnes devraient bénéficier d’une bonne qualité de vie malgré une maladie chronique ou une addiction. Pour atteindre ces objectifs, de nombreux partenaires travaillent depuis 2017 à la mise en œuvre des stratégies nationales Addictions et Prévention des maladies non transmissibles (MNT). À mi-parcours, des questions se posent : qu’est-ce que ces stratégies ont apporté jusqu’ici ? Que faut-il adapter ?

Un mode de vie favorable à la santépermet d’éviter les maladies non transmissibles, comme le cancer ou le diabète, ou d’atténuer leurs effets. Des mesures très diverses permettent d’encourager un mode de vieplus sain, allant de l’aménagement du territoire pour faciliter l’activité physique jusqu’au contrôle de l’exécution des lois réglant la consommation de substances, en passant par la promotion de la culture sanitaire individuelle. Les stratégies nationales Addictions et MNT regroupent cet éventail de mesures. Basées sur une orientation commune, elles poursuivent les mêmes objectifs. Les deux stratégies couvrent la période 2017 - 2024.

L’évaluation intermédiaire montre que la mise en œuvre fonctionne, mais qu’elle est exigeante.

Durant la première moitié de la mise en œuvre, de nombreux projets ont vu le jour, par exemple :

  • Le nouveau système de monitorage MonAM fournit à tous les partenaires de mise en œuvre des chiffres sur les addictions et les maladies non transmissibles.
  • Promotion Santé Suisse et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ont soutenu de nombreux projets visant à renforcer la prévention dans le système de santé (OFSP / PSS).
  • La plateforme d’information Praticien Addiction a permis aux médecins de renforcer le rôle de la médecine de l’addiction dans les soins de premier recours.
  • La notion d’intervention précoce a été étendue à différents contextes et à différentes phases de la vie.
  • La Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) a élaboré de nouvelles bases concernant la promotion de la santé et la prévention durant la petite enfance.
  • Promotion Santé Suisse a développé des solutions spécifiques à différentes branches pour la gestion de la santé en entreprise, par exemple pour les collaborateurs des écoles.
  • Le portail de consultation en ligne sur les addictions, www.safezone.ch, a été développé.

En vue d’atteindre les objectifs communs, les différents partenaires collaborent plus étroitement dans le cadre des stratégies. Dans l’ensemble, la mise en œuvre des deux stratégies se déroule comme prévu. Elle implique cependant des exigences importantes pour tous les acteurs concernés : bien que la collaboration soit volontaire, la coordination mobilise de nombreuses ressources. Les stratégies constituent la ligne directrice des services fédéraux responsables, de Promotion Santé Suisse et des cantons. Maintenant, de nombreux cantons mettent également en œuvre des stratégies qui se fondent sur les bases nationales, c’est-à-dire qu’elles visent à prévenir simultanément plusieurs facteurs de risque des maladies non transmissibles ou à prévenir les addictions de manière intersectorielle.

Plans de mesures adaptés pour la période 2021 à 2024

Le 19 août 2020, le Conseil fédéral a pris connaissance des plans de mesures qui seront mis en œuvre entre 2021 et 2024, à la fois pour la stratégie Addictions et pour la stratégie MNT. L’expérience acquise et les résultats de l’évaluation à mi-parcours ont permis aux trois responsables des stratégies (OFSP, CDS et Promotion Santé Suisse) de concrétiser les différentes mesures et activités, et de les adapter aux défis actuels. Par exemple, il a formulé les avantages de la nouvelle plateforme numérique de communication : d’une part, elle livre aux partenaires toutes les informations liées aux stratégies nationales MNT, Addictions et Santé psychique (y c. la prévention du suicide) et présente les activités et les offres de l’OFSP. D’autre part, elle permet aux partenaires de présenter leurs offres et favorise les échanges. Les partenaires pourront l’utiliser dès le printemps 2021.

Durant la deuxième période de mise en œuvre, les synergies seront davantage mises à profit, aussi bien entre les responsables et les principaux acteurs qu’entre les domaines de l’addiction, des maladies non transmissibles et de la santé psychique. La prévention de la démence a également été ajoutée aux plans de mesures.